dimanche 17 avril 2016

Macaroni au cheddar fort et champignons dans une seule casserole

Une fin de session peut mener à bien des décisions qu'on n'aurait pas prises en temps normal. Par exemple: pourquoi salir plusieurs casseroles dans le cadre d'une recette quand on peut n'en utiliser qu'une seule?

Les multiples recettes de one pot pasta qui circulent sur les Internets (sic) ont eu raison de mes réticences. Voici donc ma version: un macaroni au fromage qui est presque aussi rapide de réalisation que celui qui se vend en boîtes, mais aussi (et surtout) bien meilleur.


Ingrédients pour environ 5 portions

  • Huile d'olive
  • 2 chopines de champignons, émincés
  • 4 gousses d'ail, hachées finement
  • 500 g de macaronis secs
  • 2 tasses (500 ml) de bouillon de légumes
  • 3 tasses (750 ml) de crème de soja
  • 300 g de cheddar vieilli, râpé
  • 1 c. thé de paprika
  • 1 c. thé de piment d'Alep ou d'Espelette
  • Sel, poivre
  • Quelques gouttes d'huile de truffe 


Préparation

Dans une grande casserole, chauffer un peu d'huile d'olive à feu moyen-vif. Faire revenir les champignons et l'ail pendant 3 minutes, en brassant occasionnellement.

Ajouter les macaronis, le bouillon de légumes, la crème de soja, le cheddar, le paprika et le piment. Saler et poivrer. Porter à ébullition puis réduire à feu très doux. Brasser à peu près continuellement pendant 10 à 15 minutes, ou jusqu'à ce que les pâtes soient cuites et que la sauce ait épaissi.

Ajouter de l'huile de truffe au goût, mélanger puis servir.




vendredi 8 avril 2016

Baume pour les lèvres

Le baume pour les lèvres tel qu'on le retrouve à la pharmacie est l'un des nombreux produits cosmétiques dont la liste d'ingrédients laisse à désirer. À moins que vous soyez adepte du fait d'appliquer sur vos lèvres de la gelée de pétrole, des graisses animales et des perturbateurs endocriniens. La meilleure façon de s'assurer de sa qualité demeure de le fabriquer soi-même, procédé qui s'avère excessivement rapide et facile.



Ingrédients pour 1 à 3 baumes (selon la grosseur du récipient utilisé)
  • 1 c. soupe de pastilles de cire d’abeille
  • 1 c. soupe de beurre de karité
  • 1 c. soupe d'huile de jojoba - ou d'huile de coco (celle qui ne sent rien, idéalement)
  • 1 c. thé de miel
  • 3 gouttes d'huile essentielle de bois de santal - ou d'huile essentielle de lavande (surtout pas d'huile essentielle d'agrume!)

Préparation

Dans un petit pot en verre résistant à la chaleur, mettre le beurre de karité et la cire d'abeille. Ne pas mettre le couvercle du pot. Porter une petite casserole remplie d'environ 2 cm d'eau à ébullition puis réduire à feu très doux et laisser frémir. Y déposer le pot en verre, attendre quelques minutes puis retirer le bocal du bain d'eau chaude lorsque son contenu est entièrement fondu. Pendant cette étape, prendre soin de ne pas mettre d'eau dans la préparation.

Ajouter l'huile de jojoba, le miel et l'huile essentielle. Mélanger et verser immédiatement dans un ou plusieurs récipients pouvant être fermés hermétiquement. Laisser refroidir à découvert, puis fermer le ou les récipients lorsque le tout est figé.


Source: adaptation de cette recette

samedi 2 avril 2016

Hydratant corporel parfait

Après plusieurs expérimentations sur le thème du beurre corporel, j'en suis arrivée à un résultat que je juge satisfaisant. La consistance est à peu près la même que celle de la gelée de pétrole (pour ne pas nommer le nom de la foutue marque de commerce), mais je vous assure que ma version est exempte d'ingrédients douteux. J'ai choisi les différentes composantes en fonction de leur capacité à régénérer, à nourrir et à adoucir l'épiderme.

Si vous voulez atténuer l'apparence de vieilles cicatrices (ou tout simplement avoir la peau douce), c'est fort utile.

Pour une version vegan, il est possible de remplacer le lanolin par de la glycérine et la cire d'abeille par de la cire de carnauba. Comme je n'ai jamais testé ladite cire, j'ignore toutefois la quantité qu'il est nécessaire d'utiliser. Libre à vous de tester la chose.


Ingrédients

  • 1/4 tasse (65 ml) de beurre de karité
  • 3 c. soupe de pastilles de cire d'abeille
  • 3 c. soupe d'huile de jojoba - ou d'huile d'amande douce - ou d'huile d'argan
  • 1 c. thé d'huile de margousier (neem en anglais)
  • 1 1/2 c. soupe de lanolin - ou 1 c. soupe de glycérine végétale
  • 6 gouttes d'huile essentielle de lavande
  • 3 gouttes d'huile essentielle d'encens oliban (frankincense en anglais)



Préparation

Dans un pot en verre résistant à la chaleur d'une capacité d'environ 2 tasses (500 ml), mettre le beurre de karité et la cire d'abeille. Ne pas mettre le couvercle du pot. Porter une petite casserole remplie d'environ 2 cm d'eau à ébullition puis réduire à feu très doux et laisser frémir. Y déposer le pot en verre, attendre quelques minutes puis retirer le bocal du bain d'eau chaude lorsque son contenu est entièrement fondu. Pendant cette étape, prendre soin de ne pas mettre d'eau dans la préparation.


Ajouter l'huile de jojoba, l'huile de margousier et le lanolin. Fouetter jusqu'à ce que le tout soit lisse et ait une consistance crémeuse. Ajouter les huiles essentielles de lavande et d'encens oliban. Continuer à fouetter jusqu'à ce que la préparation soit refroidie, mais qu'elle soit encore assez fluide pour être transvidée.

À l'aide d'une spatule en caoutchouc, verser la préparation dans un petit pot de verre propre, puis fermer hermétiquement.


Si on l'utilise avec des mains propres et en prenant soin de ne pas y mettre d'eau, ça se conserve pendant à peu près 3 mois à température pièce.

dimanche 27 mars 2016

Meringues végétales


Aujourd'hui, je vous annonce en grande pompe que quelqu'un, quelque part, a découvert qu'il est possible de faire de la meringue en omettant les blancs d'oeufs et en les remplaçant par... du liquide de trempage de pois chiches en conserve. J'ignore si cette personne est un génie ou quelqu'un de complètement cinglé, mais son expérience consistant à fouetter le liquide en question avec du sucre s'est avérée très fructueuse.


L'équivalent vegan de certains aliments est souvent plus une évocation qu'une copie conforme de l'original. Par exemple, le fromage végétal (ou fauxmage), s'il peut être tout à fait succulent, n'en demeure pas moins un aliment distinct, par son goût et sa texture, du fromage laitier. Il en va de même des « viandes » à base de seitan, de protéines de soja, etc. Ceci étant dit, les meringues que je vous présente aujourd'hui font exception à cette règle puisqu'elles sont, par leur texture et leur saveur, en tout point identiques à des meringues sèches à base de blanc d'oeuf.

Si le résultat est certes bluffant, les principes de base entourant la confection de meringues végétales diffèrent toutefois un peu de ceux de la recette régulière. Je vous mentirais si j'omettais de vous dire que je l'ai appris à mes dépens. En effet, lors de ma première tentative, j'ai inclus du matcha dans la préparation. Malgré l'obtention d'un appareil très ferme et aérien, le tout se transforma en une flaque verte après moins de dix minutes de cuisson. Lors de la deuxième tentative, j'ai fouetté le tout deux fois plus longtemps, toujours avec du matcha: même résultat liquide une fois enfourné. C'est avec un entêtement spectaculaire que j'ai réitéré l'expérience une troisième fois, en augmentant la quantité de sucre et en réduisant la température du four, ce qui entraîna néanmoins un troisième échec. J'ai donc fait des recherches un peu plus poussées sur Internet, y découvrant qu'il est impossible d'aromatiser les meringues végétales avec certains ingrédients, notamment avec ceux qui contiennent ne serait-ce qu'un tout petit peu de gras.

Délaissant la poudre de thé vert, j'ai finalement décidé d'opter pour quelque chose de plus conventionnel, soit l'essence de vanille. Le produit final fut (enfin) impeccable.

Voici, selon mes recherches, quelques règles de base à respecter si vous voulez réussir votre meringue végétale:

  1. Évitez tout contact entre une matière grasse et vos ingrédients. En ce sens, nettoyez bien l'ensemble de vos ustensiles. Mettez du papier parchemin sur vos plaques à pâtisserie plutôt que de l'huile. De même, oubliez l'idée d'incorporer du cacao, des zestes d'agrumes, du matcha, des noix, etc. Pour aromatiser, utilisez plutôt des parfums à base d'alcool: essence de vanille, d'amande, d'orange, etc.
  2. Évitez d'ouvrir le four lors de la première heure de cuisson.
  3. Fouettez longtemps. Très longtemps.
  4. Ne diminuez pas la quantité de sucre.
  5. Respectez la température de cuisson prescrite.

Voilà. À venir: une expérience sur le thème de la tarte au citron meringuée végétalienne.

Ingrédients
  • 1 boîte de 540 ml de pois chiches en conserve, salés ou non
  • 1 bonne pincée de crème de tartre
  • 160 g (3/4 tasse) de sucre
  • 1 1/2 c. thé d'essence de vanille


Préparation

Préchauffer le four à 200°F/100°C. 

Égoutter les pois chiches et récupérer le liquide. Conserver les pois chiches pour une recette ultérieure.

Mélanger le sucre et l'essence de vanille. Réserver

Mettre le liquide dans la cuve d'un batteur sur socle muni d'un fouet. Fouetter à haute vitesse pendant 1 minute, puis ajouter la crème de tartre. Continuer à fouetter à haute vitesse jusqu'à l'obtention de pics mous. En continuant à fouetter à haute vitesse, ajouter le sucre, 1 c. soupe à la fois. Continuer à fouetter; au total, le tout devrait être fouetté pendant 20 minutes, pas une minute de moins. Le résultat doit être ferme au point de tenir en place quand on met le bol à l'envers.

Avec une poche à pâtisserie ou une cuillère, dresser la meringue sur des plaques à pâtisserie recouvertes de papier parchemin, en prenant soin de laisser un espace de 2 cm entre chaque monticule.

Cuire pendant 1 1/2 à 2 1/2 heures (selon la grosseur des meringues), en prenant soin de ne pas ouvrir le four durant la première heure de cuisson. Les meringues sont prêtes lorsqu'elles sont fermes au toucher. 

Sortir du four et laisser refroidir complètement. Dès que le tout est froid, décoller les meringues et les mettre dans un contenant hermétique. Conserver à température pièce.




Sources: idées prises ici et .


jeudi 24 mars 2016

Biscuits-brownies « coma de chocolat »


J'ai aperçu ce dessert pour la première fois en 2013 sur le chouette blogue de Sandra. Je ne sais trop comment, je suis tombée à nouveau sur la recette récemment et ait entrepris de les préparer pour une campagne de financement.

Le contenu en chocolat de ces biscuits-brownies est tout à fait quintessenciel. Prenez garde de ne pas trop les cuire afin d'obtenir une texture bien moelleuse à l'intérieur.




Ingrédients pour 20 à 30 biscuits
  • 35g (1/4 tasse) de farine
  • 20g (3 c. soupe) de cacao en poudre non sucré
  • 1/4 c. thé de sel
  • 1/4 c. thé de levure chimique (poudre à pâte)
  • 150g de chocolat noir 55-65%
  • 30g (2 c. soupe) de beurre
  • 145g (1/2 tasse + 3 c. soupe)de sucre
  • 1 sachet de 7 g de sucre vanillé (ou 1 c. thé d'essence de vanille)
  • 1/2 c. thé de poudre de café soluble (café instantané) 
  • 2 oeufs
  • 100g (1/2 tasse) de petits morceaux ou de pépites de chocolat noir 
  • Fleur de sel (facultatif) 
Préparation

Dans un petit bol, mélanger la farine, le cacao en poudre, la levure chimique et le sel. Réserver.

Au bain-marie, faire fondre doucement le chocolat noir haché et le beurre coupé en petits morceaux en mélangeant régulièrement, jusqu'à obtention d'une crème lisse et soyeuse.

Dans le bol d'un batteur sur socle, mettre les oeufs,le sucre, le sucre vanillé (ou l'essence de vanille) et le café soluble. Avec le fouet du batteur, battre le mélange à grande vitesse pendant 8 à 10 minutes. L'appareil doit blanchir et épaissir et prendre la consistance d'une mousse onctueuse et crémeuse.

Mélanger délicatement la crème chocolat dans l'appareil œufs/sucre avec un fouet ou une maryse puis incorporer le mélange sec petit à petit en soulevant la pâte avec la maryse sans trop la travailler.

Quand la pâte est homogène, ajouter les morceaux ou pépites de chocolat et mélanger rapidement. Laisser reposer la pâte le temps du préchauffage du four.

Préchauffer le four à 375°F/190°C. Garnir 2 plaques de cuisson avec du papier parchemin.

Prélever des boules de pâtes à l'aide d'une cuillère à soupe et déposer sur la plaque de cuisson en veillant à laisser un espace d'au moins 5 cm entre elles. Saupoudrer chaque biscuit d'1 pincée de fleur de sel si désiré.

Cuire pour un maximum de 8 minutes : les biscuits doivent avoir une surface craquelée satinée avec un centre souple au toucher. Sortir du four et laisser refroidir.




Source: cette recette

mardi 22 mars 2016

Le parfait Cream Tea: clotted cream, marmelade de pamplemousse rose et scones à la lavande


Prendre un thé « à l'anglaise », voilà une expression qui manque cruellement de précision. En effet, la cérémonie du thé britannique peut être célébrée sous de nombreuses formes. Par exemple, le High Tea implique un repas chaud suivi de pain, de confiture, de beurre et de gâteau. Tout aussi fameux, le Afternoon Tea consiste en un repas en trois temps: des sandwichs (ou autre chose, bref, du salé), des scones (avec ce qu'il faut pour les tartiner) puis des sucreries. Il existe même un Royale Tea, qui débute avec un service de champagne!


Une forme plus simple, mais tout aussi agréable de thé à l'anglaise existe. Il s'agit du Cream Tea: du thé, des scones, de la clotted cream et de la confiture (ou alors du lemon curd), bref, tout ce qu'il faut pour être heureux! C'est sur la mise en pratique de ce rituel que je me suis penchée aujourd'hui. Mon interprétation sur ce thème va comme suit:


Le thé
J'ai choisi le Gingia Assam. Il s'agit d'un thé noir indien auquel un nuage de lait et un cube de sucre siéent à ravir.


La clotted cream
Aussi appelée Devonshire cream, la clotted cream, qui sert à tartiner les scones, est une véritable institution chez les Britanniques. On l'obtient en cuisant de la crème épaisse pendant de longues heures, à basse température.


La confiture
Le pamplemousse rose se prête particulièrement bien à la confection de marmelade. Il confère à la préparation une jolie couleur et un fabuleux parfum.


Les scones
Mon choix s'est arrêté sur des scones à la crème que j'ai aromatisés à la lavande. On peut difficilement faire plus coquet.



Voici donc trois excellentes recettes qui vous permettront de reconstituer ce goûter mémorable.


********



Clotted cream





Ingrédient pour environ 1 1/2 tasse (375 ml)

  • 2 x 500 ml de crème 35% (Elle peut être pasteurisée, mais ne DOIT PAS être ultra-pasteurisée (U.H.T.))


Préparation

Préchauffer le four à 180°F/80°C. S'assurer que le four peut chauffer aussi bas au préalable. Si le four utilisé est vieux, s’assurer également qu'il n'y a pas d'écart entre la température réelle du four et celle qui est indiquée.

Verser la crème dans une casserole (pouvant aller au four) de grosseur moyenne. Enfourner et laisser cuire pendant 12 heures, sans y toucher. 

Sortir du four sans mélanger et laisser refroidir à température ambiante. Couvrir et réfrigérer pendant 8 à 12 heures.

Avec une cuillère, recueillir la partie épaisse flottant à la surface de la crème, en évitant de recueillir la partie liquide. Mettre cette partie épaisse dans un contenant hermétique et mélanger un peu avec la cuillère. Refermer et conserver au réfrigérateur jusqu'à utilisation.

La partie liquide de la crème peut être utilisée dans d'autres recettes, de la même manière que de la crème 35%. Elle ne peut toutefois pas être fouettée. 


Source: cette recette

**********





Marmelade de pamplemousse rose

Ingrédients pour environ 2 pots de 500 ml chacun

  • 850 g de (environ 3) pamplemousses roses
  • 1 kg de sucre
  • le jus d'1 citron


Préparation

Mettre une petite assiette au congélateur

À l'aide d'un « zesteur », prélever le zeste des 3 pamplemousses en fines bandelettes. Mettre ces bandelettes dans une casserole de grosseur moyenne.

Peler les pamplemousses, puis hacher grossièrement la chair. Retirer et jeter les pépins. Mettre la chair des fruits dans la casserole. Ajouter le sucre et le jus de citron.

À feu moyen, porter à ébullition en mélangeant fréquemment. Réduire à feu doux et laisser mijoter, en mélangeant fréquemment, pendant 15 à 30 minutes. Pour savoir si la marmelade est prête, en verser une goutte dans l'assiette préalablement placée au congélateur. Remettre l'assiette au froid, attendre 2 minutes, puis regarder. Si la goutte est figée, la marmelade est prête à être empotée.

Verser la marmelade dans des pots en verre de type Mason.

Si désiré, stériliser selon cette méthode.




**********


Scones à la lavande




Ingrédients pour environ 10 scones
  • 225 g de farine
  • 1 c. soupe de levure chimique (poudre à pâte)
  • 1/2 c. thé de sel
  • 60 g de beurre, coupé en petits cubes
  • 1 c. soupe de sucre
  • 1 c. soupe de fleurs de lavande séchées
  • 150 ml de crème 35% (la partie liquide de laquelle on a séparé la clotted cream convient parfaitement)

Préparation


Préchauffer le four à 450°F/230°C. 

Dans un grand bol, mélanger la farine, la levure chimique et le sel. Ajouter le beurre et sabler avec les doigts jusqu'à l'obtention d'un mélange avec une texture de chapelure. Ajouter le sucre et les fleurs de lavande puis mélanger. 

Former un puis au centre du mélange et y verser la crème. Mélanger avec les mains jusqu'à l'obtention d'une pâte, puis pétrir 2 ou 3 fois.

Sur un plan de travail légèrement fariné, abaisser la pâte avec les mains à une épaisseur d'1 cm. Y découper 9 ou 10 scones avec un petit verre ou un emporte-pièce rond.

Cuire 7 à 10 minutes ou jusqu'à ce que les scones soient légèrement dorés.

Servir les scones garnis de clotted cream et de marmelade de pamplemousse.



Source: adaptation de cette recette







jeudi 10 mars 2016

Sauce aux tomates cerises rôties

La pratique occasionnelle du dumpster diving implique parfois de se retrouver avec une quantité considérable d'un même ingrédient. Il semblerait que cette semaine, il était fort à la mode, chez les commerçants, de jeter par dizaines des chopines de tomates cerises. 

Ne leur en déplaise, cela m'a permis de réaliser cette sauce absolument succulente. 



Ingrédients pour environ 750 ml (3 tasses) de sauce

  • 6 chopines de tomates cerises, sans les pédoncules
  • 3 c. soupe d'huile d'olive
  • 1 c. thé de poudre d'oignon
  • 1 poignée de basilic frais
  • 1 c. thé de poudre d'ail
  • 1/2 c. thé de flocons de piment
  • Sel, poivre
Préparation

Préchauffer le four à 425°F/220°C.  

Placer les tomates cerises sur une plaque à pâtisserie. Badigeonner avec l'huile d'olive et saupoudrer la poudre d'oignon. Cuire 30 à 35 minutes, ou jusqu'à ce que les tomates soient fripées et commencent à noircir. Sortir du four et laisser refroidir environ 10 minutes.

Dans la cuve d'un mélangeur, mettre les tomates rôties, le basilic, la poudre d'ail et les flocons de piment. Saler et poivrer. En mixant par brèves pulsions, réduire le tout en purée (pas trop lisse!) jusqu'à l'obtention de la texture de sauce désirée.

Si la sauce n'est pas pour une utilisation dans la semaine suivante, la laisser refroidir, puis la mettre dans un pot ou contenant hermétique et la congeler.

Source: adaptation de cette recette