mercredi 26 octobre 2011

Courge butternut au thym et beurre noisette

Si  pour une obscure raison vous êtes en quête éperdue et frénétique pour dénicher un accompagnement de légume absolument parfait (c'est plus commun qu'on le croit), ne cherchez plus.

Ça fleure bon le thym et le beurre noisette. Et c'est un légume. Sucré. Ai-je réellement besoin de m'épancher davantage?

Petit conseil: faites griller les morceaux plus que je ne l'ai fait. La saveur en sera bonifiée!

Ingrédients pour 4 portions
  • 680 g (environ 1 litre) de courge butternut , pelée, épépinée et tranchée en morceaux d'1 cm de côté
  • 3 c. soupe de beurre
  • 1 c. soupe de thym frais, haché
  • Sel, poivre


Préparation

Dans un grand poêlon, chauffer le beurre à feu moyen en le fouettant fréquemment. Continuer la cuisson du beurre jusqu'à ce que des particules de couleur brun-miel se forment et que le beurre aquierre un arôme de noisette. Si on brûle le beurre, il est fortement conseillé de recommencer à zéro.

Retirer le poêlon du feu. Ajouter le thym en fouettant continuellement. Le mélange devrait mousser légèrement. Ajouter les cubes de courge et remettre le poêlon sur le feu, toujours à feu moyen. Bien mélanger afin d'enduire les morceaux de courge avec le beurre. Saler et poivrer.

Répartir les cubes de manière égale dans le poêlon. Cuire plusieurs minutes sans brasser afin qu'ils dorent. Brasser puis laisser cuire de nouveau plusieurs minutes.

Réduire à feu doux, couvrir le poêlon et cuire 10 à 20 minutes ou jusqu'à ce que les morceaux de courge soient tendres. Rectifier l'assaisonnement.




Source: cette recette


mardi 25 octobre 2011

Confiture de potiron au chai vanille

 Cette recette constitue le premier stade des aventures de Paul le potiron. Pourquoi aurais-je dû, au marché, me contenter d'une banale citrouille alors que  lui me faisait de l'oeil avec son look de courge raplaplat et vermillon? 

 Je crois que la plupart des courges pourraient être utilisées dans cette confiture. En fait, je n'ai perçu qu'une subtile différence entre la saveur du potiron et celle de la citrouille. C'est tout dire!

Voilà donc une recette qui hurle à pleins poumons que c'est l'automne. Qu'une confiture ne possède pas de poumons est superfétatoire; elle hurle, vous dis-je. Et puis oh, je ne me suis pas contentée d'y insérer les épices du masala chai. J'y ai également infusé du thé pour amener l'effet réconfortant (qui n'en a pas besoin par une froide matinée d'arrière-saison?) à son comble.

Ingrédients pour je ne sais combien de pots (ils se sont envolés trop rapidement!)
  • 2 kg de potiron, pelé, épépiné et tranché en cubes d'1 cm de côté
  • 1,8 kg (2 litres et 1/2 tasse) de sucre
  • Le jus d'1 citron
  • 2 gousses de vanille, fendues et grattées
  • 1 c. soupe de thé noir en feuilles (ici, du Darjeeling)
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 morceau de gingembre de 2 cm de long, émincé
  • 10 gousses de cardamone, fendues
  • 4 clous de girofle
  • 5 grains de poivre noir

Préparation
Dans un grand chaudron, laisser macérer le potiron, le jus de citron, le sucre et les gousses de vanille de 12 à 24 heures.

Porter à ébullition. Réduire à feu doux. Mettre le thé dans une boule à infuser le thé ou une gaze à fromage nouée et laisser tremper dans la confiture pendant 3 minutes. Retirer le thé, le jeter et mettre les épices dans la boule à infuser. Vu sa grosseur, le bâton de cannelle peut sans problème être mis directement dans la confiture puisqu'il ne sera pas difficile de le retirer par la suite

Cuire 1 heure et 30 minutes ou jusqu'à ce que les morceaux de potiron soient bien confits. Retirer l'infuseur, le bâton de cannelle et les gousses de vanilles puis réduire la confiture en purée à l'aide d'un pied mixeur. Continuer la cuisson 5 minutes.

Verser la confiture dans des pots stérilisés en laissant 1 cm d'espace sous le goulot. Stériliser en utilisant la méthode décrite sur ce site.

mardi 18 octobre 2011

Crumble de coings et figues pochés au vin blanc


Une révolution dans le monde fabuleux du crumble, voilà ce que c'est. Son aspect est a priori bien banal mais ne laissez pas son apparence toute sage vous berner. Sous la croûte vanillée d'avoine croustillante se dissimule le graal des garnitures fruités, l'apothéose de la moisson automnale, l'acmé de l'enivrement olfactif,... Vous saisissez?

Des fruits fragrants et moelleux ainsi que des aromates qui rehaussent le tout forment sans l'ombre d'un doute une combinaison gagnante. Pour ma part, c'est clairement à refaire d'ici la fin imminente de la saison des figues!

Ingrédients
Fruits pochés
  • 2 coings, pelés, épépinés et tranchés en cubes de 1 cm de côté
  • 6 figues fraîches, entières
  • 1/2 tasse (125 ml) de miel
  • 1 tasse (250 ml) de vin blanc
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 1/2 tasse (375 ml) d'eau
Crumble
  • 120 g (1/2 tasse) de beurre à température pièce
  • 45 g (1/2 tasse) de farine de riz brun
  • 125 g (1 tasse + 3 c. soupe) de flocons d'avoine
  • 75 g (1/2 tasse) de cassonade
  • 1 c. thé de poudre de vanille

Préparation

Pour les fruits pochés
Dans une petite casserole, mettre l'eau, le vin, le miel et le bâton de cannelle. Porter à ébullition et y plonger les figues et les morceaux de coings. À feu moyen, laisser cuire pendant environ 10 minutes, ou jusqu'à ce que les coings soient tendres. 

Passer le mélange au chinois. Réserver les fruits. Continuer la cuisson du sirop  à feu élevé jusqu'à ce que son volume ait réduit à environ 3/ 4 de tasse. Retirer la cannelle et réserver.

Couper les figues en quartiers. Disposer les coings et les figues dans le fond d'un plat allant au four.

Pour le crumble

Préchauffer le four à 400°F/200°C

Dans un bol,mélanger tous les ingrédients du crumble avec les mains. Saupoudrer le mélange sur les fruits.

Cuire 30 à 40 minutes ou jusqu'à ce que la surface soit dorée.


lundi 3 octobre 2011

Farfalles fraîches à la bette à carde


Veuillez me pardonner mon silence radio des dernières semaines. C'est que voyez-vous, malgré la passion qui m'anime lorsqu'il est question de cuisine, je me prends parfois de grandioses coups de flemme, tombant de ce fait dans la cuisine minimaliste et indigne d'intérêt (Ma recette de lentilles au ketchup, anyone?).

Il s'agit de ma première tentative de pâtes fraîches au laminoire. Et qui dit première dit kitsch! J'ai toujours trouvé les farfalles très mignonnes. Plus mignon que ça, on tombe dans les nouilles à l'éfigie d'Hello Kitty baignant dans une sauce tomate douteuse, le tout en boîte de conserve rose nanane, ce qui n'est pas du tout l'effet recherché d'un point de vue gustatif. Quoi que ce n'est pas non plus mauvais de temps en temps... Passons, je m'égare.

La bette à carde est une jolie découverte. C'est similaire aux épinards avec un goût légèrement plus sucré.

Il est égallement possible de réaliser ces pâtes sans laminoire, en abaissant la pâte très finement au rouleau à pâtisserie avant de la découper.


Ingrédients pour 3 à 4 portions
pâtes
  • 400 g de farine de blé entier
  • 4 oeufs
garniture
  • 1 bouquet de bette à carde, les tiges et les feuilles séparées puis hachées
  • 5 gousses d'ail, hachées finemenr
  • Sel, poivre 
  • Huile d'olive 
  • Parmesan râpé ou flocons de levure alimentaire
Préparation

Verser la farine dans un bol et former un puit. Y mettre les oeufs. F Mélanger à la fourchette puis pétrir énergiquement la pâte pendant une dizaine de minutes. En faire ensuite une boule, l'envelopper dans un film transparent et laisser reposer 30 minutes.

Diviser ensuite la pâte en 3 ou 4 parts et les passer au laminoire en commençant par l'épaisseur la plus importante pour finir par la plus fine

Découper la pâte en carrés de 2 cm de côté. Pincer chaque carré en son centre avec le pouce, l'index et le majeur pour former des boucles. Retirer ensuite l'index puis sceller le pli avec les deux autres doigts. C'est clairement imagé ici.

Dans une grande casserole, porter de l'eau salée à ébullition. Y plonger les farfalles et les cuire jusqu'à ce qu'elles flottent puis les égoutter.

Pendant ce temps, chauffer l'huile à feu moyen dans un poêlon et faire revenir les tiges de bette à carde hachées. Lorsque les tiges sont tendres, ajouter les feuilles et poursuivre la cuisson jusqu'à ce qu'elles tombent.

Mélanger les légumes et les pâtes, saler et poivrer puis garnir de parmesan ou de flocons de levure alimentaire.