lundi 27 juin 2011

Scones aux bleuets et à l'avoine

Deux recettes de scones, l'une à la suite de l'autre. Nul n'est besoin de me faire remarquer que mes névroses s'expriment outrageusement à travers ma façon de cuisiner...


Ingrédients pour 8 scones
  • 190 g (1 1/2 tasse) de farine de blé entier
  • 60 g (1/2 tasse) de flocons d'avoine
  • 1 c. à soupe de levure chimique (poudre à pâte)
  • 1/2 c. à thé de sel
  • 60 g (1/4 tasse) de sucre, plus une c. à soupe pour saupoudrer
  • 1 1/4 tasse (310 ml) de crème à 35% de matières grasses
  •  115 grammes (1 tasse) de bleuets frais ou surgelés
Préparation

Préchauffer le four à 425 °F/ 220 °C

Dans un bol, mélanger ensemble la farine, la levure chimique, le sel, le sucre, les graines de pavot et les zestes.

Ajouter la crème et mélanger doucement avec une fourchette. Ne pas trop mélanger. La pâte est prête lorsqu'elle est grumeleuse et que la crème est tout juste absorbée.
    Sur une surface légèrement farinée, former un cercle de 20 cm de diamètre avec la pâte. Découper 8 scones en pointes. Saupoudrer le sucre restant sur leur surface.

    Transférer les scones sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier parchemin. Cuire 15 minutes ou jusqu'à ce qu'ils soient dorés.

    Source: adaptation de cette recette

      Scones aux graines de pavot et citron

      On est bien loin des petits gâteaux secs dont les scones ont la réputation! La crème entière utilisée comme corps gras leur donne une texture fondante et moelleuse. Parce qu'ils ne sont pas trop sucrés, ils sont géniaux tartinés de confiture ou de lemon curd pour se la jouer British.

      Ingrédients pour 8 scones
      • 250 g (2 tasses) de farine de blé entier
      • 1 c. à soupe de levure chimique (poudre à pâte)
      • 1/2 c. à thé de sel
      • 60 g (1/4 tasse) de sucre, plus une c. à soupe pour saupoudrer
      • 1 1/4 tasse (310 ml) de crème à 35% de matières grasses
      • 30 g (1/4 tasse) de graines de pavot
      • Zestes râpés de 2 citrons
      Préparation


      Préchauffer le four à 425 °F/ 220 °C

      Dans un bol, mélanger ensemble la farine, la levure chimique, le sel, le sucre, les graines de pavot et les zestes.

      Ajouter la crème et mélanger doucement avec une fourchette. Ne pas trop mélanger. La pâte est prête lorsqu'elle est grumeleuse et que la crème est tout juste absorbée.




      Sur une surface légèrement farinée, former un cercle de 20 cm de diamètre avec la pâte. Découper 8 scones en pointes. Saupoudrer le sucre restant sur leur surface.

      Transférer les scones sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier parchemin. Cuire 15 minutes ou jusqu'à ce qu'ils soient dorés.

      Source: adaptation de cette recette

      dimanche 26 juin 2011

      Haricots blancs à la tomate

      J'ai tout d'abord trouvé absurde de publier une recette aussi simple. Et puis je me suis rappelée que c'est mon blog, que j'y fais ce que bon m'y semble et que de toute façon ce repas était tout à fait satisfaisant. Insérez ici une mise en contexte socio-historique évoquant une épopée homérique qui raconte que c'est un plat traditionnel italien...ou pas.

      Ingrédients pour 2 portions
      • 1 oignon émincé
      • 3 gousses d'ail hachées
      • 440 g (2 tasses) de purée de tomate
      • 1 boîte de 540 ml de haricots blancs, rincés et égouttés
      • 1 c. à soupe de persil frais, ciselé
      • 4 clous de girofle
      • Huile d'olive
      Préparation

      Dans une casserole, faire chauffer l'huile à feu moyen. Faire revenir les clous de girofle et l'oignon jusqu'à ce que ce dernier soit translucide. Ajouter l'ail et cuire encore 1 minute.

      Ajouter la purée de tomate, les haricots et le persil. Mélanger et laisser mijoter 15 minutes. Retirer les clous de girofle.

      Source: adaptation de Cuisine végétarienne, Éditions Marabout

      mercredi 22 juin 2011

      Moussaka au fromage Alfred le fermier

      Ce repas n'est pas le plus esthétique qui m'ait été donné d'expérimenter. Je dirait même qu'il est un peu laid. Mais ces broutilles furent bien vite oubliées une fois que j'eus goûté la chose.

       Il est plutôt rare que je cuisine de la viande, encore plus rare que cette viande soit de l'agneau. C'est pourquoi je souhaitais que ce soit aussi parfumé que possible. C'était franchement délicieux! La seule modification que j'apporterais advenant que je prépare de nouveau cette recette serait d'ajouter du vin blanc à la sauce à la viande.

      J'ai profité de la la confection d'un gratin pour essayer le fromage Alfred le fermier de la fromagerie La Station de Compton. Il s'agit d'un fromage de lait cru biologique à pâte ferme dont la réputation n'est plus à faire. Sa saveur comporte des notes de raclette, boisées ainsi que de noisette.Voilà une bonification manifeste à cette recette déjà excellente!


      Ingrédients pour 4 portions
      • 456 g (1 lb) d'agneau hâché
      • Une aubergine de 700 g
      • 1 oignon moyen (150 g )
      • 5 gousses d'ail
      • 3 tomates (830 g)
      • 1/2 c. à thé de cannelle
      • 150 g de fromage Alfred le fermier râpé
      • Huile d'olive pour la cuisson
      • Sel, poivre
      Sauce béchamel
      • 2 tasses (500 ml) de lait
      • 2 c. à soupe de farine
      • 2 c. à soupe de beurre
      • 1 pincée de muscade
      • Sel, poivre
      Préparation

      Couper l'aubergine en tranches d'1 cm d'épaisseur. Couper les tomates en dés. Haché finement l'oignon et l'ail.

      Dans un poêlon, chauffer l'huile et faire revenir l'oignon et l'ail pendant trois minutes à feu moyen. Incorporer l'agneau et la cannelle et cuire 8 minutes ou jusqu'à ce que la viande soit bien brune. Ajouter les tomates en dés. Saler et poivrer. Laisser mijoter sans couvrir pendant 30 minutes ou jusqu'à ce que le liquide soit presque totalement évaporé.

      Pendant que la viande mijote, chauffer un peu d'huile dans un poêlon et faire revenir les tranches d'aubergine pendant environ 3 minutes de chaque côté, ou jusqu'à ce qu'elles soient dorées.

      Pour la sauce béchamel
      Dans une casserole, faire fondre le beurre à feu moyen. Ajouter la farine, le lait, le sel, le poivre et la muscade. Cuire en remuant sans arrêt pendant 3 à 5 minutes ou jusqu'à ce que la sauce soit assez épaisse pour napper une cuillère qu'on y trempe.

      Pour le montage
      Préchauffer le four à 400 °F/200 °C.

      Graisser un plat à gratin. Étendre la moitié des tranches d'aubergine cuites dans le fond. Couvrir du mélange de viande puis du reste des tranches d'aubergine et finalement de la béchamel. Répartir le fromage râpé sur toute la surface de la moussaka. 

      Enfourner 30 minutes ou jusqu'à ce que le fromage soit doré.

      Biscuits au beurre d'arachides et à la confiture de lait

      Après m'être lancée dans la confection de confiture de lait de chèvre, je souhaitais en utiliser une partie dans une recette de dessert. Toutes sortes d'idées m'ont traversé l'esprit, du cheesecake nappé de caramel avec une croûte de biscuits au gingembre émiété (vous imaginez la saveur? Ce doit être dingue!) à la crème glacée...

      Une fois ces idées de grandeur écartées («Ma grande, je suis dans le regret de t'annoncer que tu ne peux pas passer légalement à l'épicerie à une heure pareille.» «D'accord, voix de la raison.»), je me suis tournée vers quelque chose de plus accessible, une recette de Jun Belen. Beurre d'arachides et caramel me semblaient un mélange prometteur, et comment!

      Les biscuits sont friables, du genre de ceux qu'on trempe dans un verre de lait. N'étant pas trop sucrés et un  tantinet salés, ils forment un duo parfait avec la confiture de lait.

      Ingrédients pour 6 biscuits étagés
      • 200 g (1 1/2 tasse) de farine
      • 1/2 c. à thé de bicarbonate de soude
      • 80 g (1/3 tasse) de beurre 
      • 100 g (1/2 tasse) de sucre
      • 115 g (1/2 tasse) de cassonade tassée
      • 1 œuf
      • 270 g (1 tasse) de beurre d'arachides
      • 1/2 c. à thé d'extrait de vanille
      • 6 c. à soupe de confiture de lait maison ou du commerce

      Préparation

      Préchauffer le four à 375 °F/190 °C.
      Mélanger la farine et le bicarbonate de soude.

      Dans un grand bol, crémer le beurre et le sucre. Ajouter l'oeuf, le beurre d'arachides et la vanille. Bien mélanger. Incorporer au mélange d'ingrédients secs.

      Former à l'aide du mélange des boules de 2,5 cm de diamètre. Les disposer sur une plaque à pâtisserie en laissant 5 cm entre chacune. Écraser chaque biscuit à l'aide d'une fourchette puis répéter dans la direction perpendiculaire afin de former une croix

      Cuire 10 à 12 minutes.

      Laisser refroidir complètement les biscuits. Former des paires avec les biscuits de grosseurs identiques. Tartiner une cuillère à soupe de confiture de lait sur la moitié des biscuits puis couvrir d'un autre biscuit.

      Source: cette recette

      Trempette de haricots blancs, thon et coriandre

      Ce n'est un secret pour aucun de mes proches: je consomme une quantité phénoménale de légumes. Or, avec la chaleur qu'il fait ces jours-ci, pas question d'allumer le four outre mesure.

      Pour faire changement du sempiternel hummus, voici une trempette qui est également à base de légumineuses et parfumée à souhait grâce à la coriandre fraîche. L'ajout de thon en fait un repas d'été parfait accompagné d'une demi tonne de légume crus ou encore en tartinade dans un sandwich.

      Ingrédients
      • 1 boîte de 540 ml de haricots blancs
      • 1 boîte de 170 g de thon
      • 2 gousses d'ail
      • 10 g (1/2 tasse) de coriandre fraîche
      • Jus d'1 citron
      • 1/2 c. à thé de zestes de citron râpés
      • 4 c. à soupe d'huile d'olive
      • sel, poivre
      Préparation

      Égoutter et rincer les haricots blancs. Les mettre dans le robot culinaire.
      Hacher l'ail et la coriandre et les ajouter aux haricots. Ajouter le jus et les zestes de citron et l'huile d'olive puis réduire en purée lisse.

      Transférer la purée dans un bol. Égoutter le thon et l'incorporer à la purée.

      Saler et poivrer au goût. Si la trempette est trop épaisse, ajouter un peu d'eau et mélanger.

      Source: adaptation de cette recette

      mercredi 15 juin 2011

      Quiche aux épinards et fromage de chèvre




      Vous êtes vous déjà demandé ce que vous pourriez bien raconter au sujet d'une quiche si l'envie vous prenait subitement de vous lancer dans une envolée passionnée sur le sujet? «Oh vous savez, moi cette quiche je la trouve fascinante! Elle est si...si...»

      Elle goûte bon, point final. Bien sûr, elle n'est pas aussi fondante que si je l'avais remplie de crème et de beurre mais mes artères apprécient cette douce attention à sa juste valeur.

      Ingrédients 

      Croûte
      • 250g (2 tasses) de farine de blé entier
      • 1 c. à thé de sel
      • 1 c. à thé de thym séché
      • 1/4 tasse (60 ml) d'huile d'olive
      • 1/2 tasse (125 ml) d'eau froide
      Garniture
      •  350 g d'épinards
      • 1 tasse (250 ml) de lait
      • 3 œufs
      • sel, poivre
      • 125 g de fromage de chèvre
      Préparation

      Pour la croûte
      Dans un bol, mélanger la farine, le sel et le thym. Ajouter l'huile et mélanger à l'aide d'une fourchette. Ajouter l'eau et mélanger à la fourchette jusqu'à ce qu'elle soit absorbée, puis pétrir  légèrement jusqu'à ce que la pâte forme une boule.
        
      Transférer la pâte sur une surface de travail légèrement farinée. Avec un rouleau à pâtisserie, abaisser la pâte et foncer un moule à tarte huilé.

      Réfrigérer 30 minutes. Préchauffer le four à 400 °F/ 200 °C

      Piquer la pâte sur toute sa surface avec une fourchette. Cuire 15 minutes.

      Pour la garniture
      Cuire les épinards à l'étuveuse. Les égoutter, les essorer puis les répartir sur la croûte de manière égale.

      Dans un bol, mélanger le lait et les œufs. Saler et poivrer. Verser le mélange par dessus les épinards.

      Couper le fromage de chèvre en morceaux et le répartir de manière égale sur toute la surface de la quiche.

      Enfourner 25 à 40 minutes.

      Source: adaptation de cette recette
       

        Confiture de lait de chèvre


        Membres des Weight Watchers, passez votre chemin.
        Pour les autres, sachez que cette bombe calorique est aussi appelée cajeta par les Mexicains. Il s'agit du pendant caprin du dulce de leche argentin qui lui, ne contient que du lait de vache.

        Mon appréciation de la chose va comme suit: c'est tellement, tellement, teeeeeeeeeeellement bon! Ce délectable caramel lacté fait avec amour (et certes, beaucoup de patience...) peut répondre à de multiples usages, que ce soit pour en tartiner votre pain, l'utiliser dans d'autres recettes ou tout simplement le dévorer à la cuillère avec la bonne vieille méthode dite nutella-esque.

        Certaines recettes demandent de brasser fréquemment, d'autres exigent que ce soit continuel. Pour ma part, je suis restée pendant les quatre heures de cuisson à côté du four avec un fouet dans une main et un livre dans l'autre. Héhé.

        Ingrédients pour 1.5 à 2 litres 
        • 2 litres de lait de chèvre entier
        • 2 litres de lait de vache entier
        • 850g (4 tasses) de sucre
        • 1 c. à thé de bicarbonate de soude dilué dans 2 c. à thé d'eau
        • 1 c. à thé de sel
        • 2 c. à thé de cannelle
        • 1/4 c. à thé de muscade 
        Préparation

        Mettre une assiette dans le congélateur.

        Dans un grand chaudron, mélanger tous les ingrédients. À feu moyen, amener le mélange à ébullition en brassant souvent. Réduire à feu moyen-doux. Il faut que le lait bouillonne légèrement sans que ce soit trop fort. Continuer la cuisson en brassant régulièrement jusqu'à ce que le mélange devienne doré, soit environ 1 heure.

        Brasser plus fréquemment et continuer jusqu'à ce que le mélange ait une couleur ambrée et que les bulles changent de consistance, soit 2 ou 3 heures supplémentaires. Pour vérifier la consistance, mettre une goûte de confiture de lait sur l'assiette froide et la remettre au congélateur pour trois minutes. Si la consistance est trop liquide, continuer la cuisson. Si elle est trop épaisse, ajouter un peu d'eau.

        Retirer du feu, verser dans des contenants hermétiques et laisser refroidir.

        Se conserve 1 mois au réfrigérateur.

        Source: adaptation de cette recette

        lundi 13 juin 2011

        Flancs d'asperges, coeur de fromage de chèvre








        C'est la saison des asperges du Québec! Yay!

        Je les prépare généralement de manière fort simple, soit en les grillant , soit en les cuisant à la vapeur. Toutefois, j'ai opté cette fois pour quelque chose de nouveau. Toute la semaine je me suis creusée la tête à propos de ce que je comptais faire de ces pauvres petits légumes abandonnés au fond du frigo, et puis BAM! L'idée d'un flanc est sortie de nul part.

        Je n'avais jamais mangé de flanc salé auparavant. J'ai choisi de l'agrémenter de fromage de chèvre, de réduction balsamique et d'ail confit, craignant qu'il soit un tantinet fade. Mais oh! Le résultat final était bien loin d'être sans saveur. Je dirais même que c'était franchement sublime! Le goût de chaque composante avait sa place sans voler la vedette aux délicieuses asperges.


        Ingrédients pour 12 petits flancs
        Réduction balsamique
        • 1 tasse (250 ml) de vinaigre balsamique
        • 10 g (1 cuillère à soupe) de cassonade
        Ail confit
        • 3 têtes d'ail
        • 3 cuillères à table
        Flancs
        • 500 g (1 botte) d'asperges fraiches
        • 3 œufs
        • 125 g de fromage de chèvre
        • 1 1/2 tasse (375 ml) de lait
        • 15 g (2 c. à soupe) de farine
        • 1 pincée de muscade
        • Sel, poivre

        Préparation

        Pour la réduction balsamique

        Dans un poêlon, verser le vinaigre et la cassonade.  Faire chauffer à feu moyen-doux pendant 15 à 20 minutes ou jusqu'à ce que le volume du liquide soit 4 fois moins important qu'avant la cuisson.

        Verser dans un petit bol et laisser refroidir à température pièce.


        Pour l'ail confit

        Préchauffer le four à 450 °F/220 °C.

        Couper le dessus des têtes d'ail. Placer l'ail dans un plat allant au four et les badigeonner d'huile d'olive. Enfourner 35 minutes ou jusqu'à ce que les gousses soient tendres.

        Pour les flancs

        Éplucher les asperges et les cuire à la vapeur pendant 15 minutes ou jusqu'à ce qu'elles soient tendres. Au mixeur, les réduire en purée.

        Dans une casserole, faire fondre le beurre à feu moyen. Ajouter la farine, le lait et les épices. Cuire en remuant sans arrêt pendant 3 à 5 minutes ou jusqu'à ce que la sauce soit assez épaisse pour napper une cuillère qu'on y trempe. Laisser refroidir.

        Dans un bol, mélanger la purée d'asperges, la béchamel et les œufs.

        Répartir le mélange dans des ramequins en les remplissant au 2/3. Insérer un morceau de fromage de chèvre au centre de chacun.

        Placer les ramequins dans un plat allant au four et verser de l'eau à mi-hauteur autour des ramequins. Enfourner pour 60 minutes ou jusqu'à ce que les flancs soient pris. Les laisser tiédir.

        Démouler les flancs délicatement. Servir tiède ou froid, accompagné de quelques gousses d'ail confit et de réduction balsamique.


        vendredi 10 juin 2011

        Oeufs au thé

        En mal d'inspiration quant à la manière d’apprêter des œufs, je suis tombée sur cette recette qui circule un peu partout sur le Net. Il s'agit d'un met typique vendu dans les rues en Chine. C'est une fichue de bonne variation sur les œufs à la coque. Et avouons-le, l'élément esthétique de la chose ne déplait pas non plus à mon fort côté kitsch.

        Le thé que j'ai utilisé est un pu-ehr noir. On peut faire des variations intéressantes avec du thé au jasmin ou aux agrumes. Il est également possible de remplacer la cannelle et l'anis étoilé par du cinq épices chinoises. Il s'agit d'un mélange d'anis étoilé, de cannelle, de poivre de Sichuan, de clou de girofle et de fenouil.

        Ingrédients 
        • 6 oeufs
        • 1/2 tasse (125 ml) de sauce soja
        • 1 étoile de badiane (anis étoilé)
        • 1 bâton de cannelle
        • 6 g (2 c. à thé) de feuilles de thé noir
        Préparation

        Placer les œufs dans un chaudron et les couvrir d'eau froide.  Porter à ébullition et laisser frémir pendant trois minutes.

        Retirer les œufs de l'eau. Avec le dos d'une cuillère, craqueler délicatement la coquille des œufs sur toute la surface.

        Remettre les œufs dans l'eau et ajouter la sauce soja, le thé, l'anis étoilé et le bâton de cannelle. Faire frémir à feu doux pendant deux heures.

        Égoutter les œufs, les laisser refroidir complètement puis les peler.

        mercredi 8 juin 2011

        Meringues à la lavande et à l'érable

        Cherchant une petite douceur à offrir à la mère pour son anniversaire et le faisant à une heure bien tardive (Vous en connaissez beaucoup des personnes qui cuisinent après le coup de minuit?), j'ai regardé l'intérieur de mon frigo et de mes armoires et ait rassemblé le peu d'ingrédients disponibles pour préparer ces meringues.

        J'ai choisis de les aromatiser à la lavande, mais les possibilités sont pratiquement infinies: eau de rose ou de fleur d'oranger, noix de coco, thé vert matcha, cacao, cardamone, cannelle,... On peut également les tremper dans du chocolat fondu en fin de préparation pour un résultat plus décadent.

        Ingrédients pour 40 meringues
        • 2 blancs d’œufs
        • 1 pincée de sel
        • 125 ml (1/2 tasse) de sirop d'érable
        • 1 c. à thé de lavande séchée
        Préparation

        Préchauffer le four à 200 ̊F/95 ̊C.

        Réduire la lavande en fine poudre à l'aide d'un moulin à café ou d'un mortier.

        Au batteur, fouetter les blancs d’œufs et le sel en neige jusqu'à l'obtention de pics mous. Tout en continuant à fouetter, ajouter graduellement le sucre et la lavande. Continuer de fouetter jusqu'à ce que le mélange soit brillant et forme des pics fermes.

        Avec une poche à douille, dresser les meringues sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier parchemin.

        Cuire les meringues 2 heures et 30 minutes ou jusqu'à ce qu'elles soient sèches.

        Laisser refroidir. Conserver dans un contenant hermétique à température ambiante.

        Madeleines aux chocolat et au citron

        En cuisine comme dans la vie, j'ai tendance à cultiver des passions intenses mais anodines pour certaines choses. Les madeleines en sont un bon exemple. Elles sont jolies avec leur forme de coquillage et facilement adaptables selon le caprice du moment, qu'il soit sucré ou salé.

        Cette recette n'implique que le quart du zeste d'un citron mais j'ai fais à ma tête et mis le zeste d'un citron entier. (Oui oui, je sais, modifier la recette d'un chef célèbre relève, dit-on, du sacrilège mais chuuut!) Je ne l'ai pas regretté puisque sans être envahissante, la saveur était assez présente derrière celle du cacao. 

        Seul petit bémol: malgré la réfrigération de la pâte (censée provoquer un choc thermique nécessaire à la réaction lors de la cuisson) le dos des madeleines n'était pas bossu. Les puristes affirmeraient que du coup, j'ai raté la recette mais bof, qui se soucie d'un tel détail après avoir croqué dans un petit gâteau aussi mignon?


        Ingrédients pour 12 à 15 madeleines
        • 70 g (1/2 tasse + 1 c. à soupe) de farine
        • 20 g (3 1/2 c. à soupe) de cacao 
        • 2 g (1/2 c. à thé) de levure chimique (poudre à pâte)
        • 90 g (1/3 tasse) de sucre
        • 1 pincée de sel
        • Zeste râpé finement d'1/4 de citron non traité (celui d'un citron entier dans mon cas)
        • 2 œufs à température pièce
        • 100 g (6 1/2 c. à soupe) de beurre à température pièce
        Préparation

        Mélanger la farine, le cacao et la levure chimique. Tamiser.

        Dans un autre bol, mélanger le sucre, le sel et le zeste de citron. Frotter le mélange avec les doigts jusqu'à ce que le sucre soit humide, granuleux et parfumé.

        Ajouter les œufs au sucre et fouetter jusqu'à ce que le mélange soit homogène. Ajouter le beurre en pommade et fouetter. Combiner le mélange d'ingrédients secs et bien mélanger.

        Couvrir d'une pellicule plastique et laisser reposer au frigo toute la nuit.

        Préchauffer le four à 425 ̊F/220 ̊C. 

        Beurrer et fariner un moule à madeleines (Négliger cette étape s'il est en silicone). Remplir les moules de mélange au 2/3. Enfourner pour 10 à 15 minutes ou jusqu'à ce que les madeleines soient bossues et fermes au toucher. Durant toute la cuisson, tenir la porte du four légèrement entrouverte en y coinçant une cuillère en bois.

        Conserver dans un contenant hermétique.

        Source: Larousse du chocolat de Pierre Hermé

         

          mardi 7 juin 2011

          Frites de patate douce






          Dès sa publication sur le blog de Jasmine (une longue histoire d'amour avec les sites Internet culinaires fut le prélude à la création du mien), cette recette a piqué ma curiosité. Des frites qui n'en sont pas réellement parce que cuites au four, sucrées de surcroît, vraiment? Il n'en fallait pas plus pour que je cours à l'épicerie afin de faire l'acquisition du mystérieux légume qu'était alors pour moi la patate douce.

          Le résultat a dépassé toutes mes attentes. La sœur et moi sommes immédiatement devenues accros. C'est encore meilleur que les frites traditionnelles!

          J'en ai depuis préparé à de nombreuses reprises avec divers assaisonnements: piment d'Espelette, herbes de Provence, Garam massala, parmesan,... Mais ma version préférée demeure de loin celle au paprika fumé, qui ajoute une sublime saveur à mi-chemin entre le bacon et le saumon fumé.

          J'accompagne ces frites d'une mayonnaise maison. Le principe est somme toute assez simple: un jaune d’œuf par tasse d'huile. On peut varier l'huile et l'assaisonnement utilisés selon l'inspiration du moment.

          Ingrédients pour 5 portions

          Frites
          • 4 patates douces de grosseur moyenne (840 g)
          • 3 c. à soupe d'huile végétale
          • 2 c. à thé de paprika fumé
          • Sel, poivre
           Mayonnaise
          • 1 jaune d’œuf
          • 2 c. à thé de moutarde de Dijon
          • 1 trait de vinaigre ou de jus de citron
          • Sel, poivre
          • 1 tasse (250 ml) d'huile d'olive
          Préparation

          Pour les frites
           
          Préchauffer le four à 400°F/200°C.

          Peler les patates douces et les découper en bâtonnets longs et larges. Les déposer dans un grand bol.

          Ajouter l'huile et le paprika fumé. Bien mélanger pour enrober les bâtonnets.

          Déposer les bâtonnets côte-à-côte sur une plaque à pâtisserie antiadhésive ou recouverte de papier parchemin. Laisser un léger espace entre chaque frite.

          Cuire 25 minutes ou jusqu'à ce que les frites soient bien dorées.
          Source: adaptation de cette recette

          Pour la mayonnaise

          Dans un bol, fouetter le jaune d’œuf, la moutarde, le sel, le poivre et le vinaigre ou le jus de citron.

          Ajouter une petite quantité d’huile en filet tout en continuant à fouetter. Lorsque la mayonnaise commence à épaissir, ajouter le reste de l’huile, toujours en filet, en fouettant constamment.Continuer jusqu’à ce que l'émulsion soit épaisse et plus pâle.

          Rectifier l'assaisonnement si nécessaire.